Actualité en France

Bon la grippe A H1N1, on ne l’a pas encore eu (à Tijuana en tout cas) mais elle nous embête déjà. Heureusement, l’Etat va tous nous piquer avec un vaccin miracle.

Deux on été retenus dont le Pandemrix. Un nom rigolo, mais qui pourrait bien être de mauvais augure.

Si l’on s’en tient à la grammaire d’Obelix, le ix remplace le isque (Obelix / Obelisque – Asterix / Asterisque). Ce qui nous donne Pandemrisque.

Le mauvais jeu de maux pourrait s’arrêter là mais non, de nombreux sites se sont penchés sur la composition du fameux Pandemrix et on mis en avant le fait qu’il était initialement utilisé pour traiter la grippe aviaire, la H5N1 qui devait tous nous tuer il y a 2 ans.

Or, comme on nous le répète à longueur de journée, c’est la H1N1 qui viendra à bout de l’humanité.

Enfin pas tout de suite. Petit cours théorique :

– tous les ans, la grippe classique fait entre 3 et 6000 victimes
– lors de pandémies, un virus fait plusieurs fois le tour du monde, devenant plus virulent à chaque passage
– le virus tel qu’il est à l’heure actuelle est bénin dans la très grande majorité des cas
– la plus grande crainte des scientifiques est que le virus mute dans une nouvelle version bien plus méchante

Ainsi, en utilisant une souche H5N1 pour combattre le H1N1, on offre la possibilité au corps de générer des anticorps efficace (car il y a beaucoup de points communs entre les deux). Mais on offre aussi un terrain au H1N1 pour muter avec le H5N1 contenu dans le vaccin.

Sauf erreur de ma part, c’est la même mayonnaise pour le Focetria, l’autre vaccin.

Je vais donc me rendre à une grippe partie et tenter d’avoir ce sale virus le plus tôt possible, et en tout cas avant que l’on me force à prendre un vaccin de Pandore.

Et si je me trompe dans ce que je raconte, merci de commenter avec de solides arguments. Et de tousser dessus si vous êtes infecté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.